AvisPolar : Le Nantais de Carl PINEAU (Ed. Lajouanie)

Bonjour mes Lecteurs,

Voici le dernier tome de la trilogie des Nuits Nantaises de Carl Pineau : "le Nantais" que je viens vous chroniquer en retour de lecture.

On termine cette trilogie par l'histoire de Greg Brandt, enfin retraité qui s'occupe de drogués par le biais d'une association.
Mais le milieu nantais et les dealers ne voient pas d'un très bon œil la mission de l'ancien flic. Surtout qu'une cargaison importante d'héroïne vient d'être volée au 36, qu'une policière a été assassinée et que quelqu'un s'en prend à Brandt.
Un déchaînement de violence qui va inciter l'ancien inspecteur à reprendre du service pour son compte perso, quitte à y laisser quelques plumes

Un dernier tome à la hauteur de cette trilogie. Toutes bonnes choses ont une fin, comme on dit, et Carl a eu à coeur de soigner cette dernière partie. Un roman que j'ai trouvé bien sombre et nostalgique.

Toujours ce réalisme saisissant qui a fait son succès, sur fond d'émeutes et de violence urbaine en banlieue et cette guerre entre bandes rivales pour figurer en bonne place sur le marché de la drogue.
Les jeunes n'ont aucun scrupule à virer les anciens pour faire du fric. Le sang coule, énormément, fini le code d'honneur des années d'antan.

Le personnage principal de cette saga policière est rongé d'un mal incurable, comme cette société malade des années 2000. Son dernier combat pour enrayer la machine va le conduire à franchir des limites qu'il n'aurait jamais du. Après tout, il n'a plus rien à perdre.

Jusqu'à la fin, tout le monde est suspecté. Jusqu'à la fin, Greg Brandt n'aura de cesse de chercher la vérité et d'en comprendre les causes. Carl m'a bluffé sur le dénouement final que je n'avais pas vu venir. 

Une trilogie à découvrir pour la qualité d'écriture de son auteur qui se bonifie au fur et à mesure des volumes, mais également par l'ingéniosité de son évolution au fil des décennies. 

Bonne lecture, amis Lecteurs ! D'autres avis lecture sur mon blog, c'est par ici --> https://lecturechronique2.com

Extrait : Il est monté à l'arrière du véhicule, a claqué la portière, tourné la tête droit devant lui. Le chauffeur a démarré. Pendant que la camionnette s'éloignait, j'ai imaginé les ravages que pourraient provoquer soixante-dix kilos d'héroïne pure, puis j'ai à nouveau songé à la mort atroce de Kenza Alami. J'ai toussé dans mon mouchoir, observé les quelques taches de sang éparses et soupiré : Putain de journée.

Retour à l'accueil