AvisRomanNoir : Une Femme de Ménage de Jérémy BOUQUIN (Ed. French Pulp)

Bonjour mes Lecteurs,

 

Voici une chronique que j'avais longtemps envie de faire, et pour le plaisir d'avoir lu d'une traite ce livre et de vous en faire un retour.

 

Ce n'est un secret pour personne, vous savez que j'aime ce qu'écrit Jérémy, son style noir, décalé, qui taille dans le lard de sa créativité pour nous sustenter de son ton direct et juste en nous entraînant dans son univers bien noir et déjanté. 

 

Ici, l'histoire surréaliste de Sandra, cette femme de ménage assez particulière qui découpe au scalpel, tranche au hachoir et dissout à l'acide les victimes des scènes de crime.  Elle est associée depuis trois ans à Greg, l'avocat, qui l'appelle dès qu'il a besoin d'elle. Elle rapplique aussitôt et, aussi froidement que le sont ses "clients", elle fait le job. 

 

Autant elle est organisée et minutieuse dans son boulot, autant sa maison est un chantier sans une once de propreté ! A la fois paumée dans sa vie personnelle mais tellement sûre d'elle quand elle travaille, Sandra est courageuse et fragile à la fois.

 

Mais voilà, ces derniers jours, elle enchaîne les contrats, la fatigue se fait sentir, elle exorcise ses démons, ses "monstres" qu'elle dessine sur papier et qu'aucun éditeur ne veut publier tellement ils sont horribles.

 

Ce n'est pas son boulanger d'amant, Roman, qui ne la comble pas vraiment dans leurs ébats, qui va arranger sa petite vie solitaire. Surtout que la femme du boulanger, Sylvie, veille au grain sur son mari !

 

Le surmenage la guette, elle va aussi rencontrer des personnes qui n'auraient jamais du croiser sa route et elle va être confrontée à des phénomènes étranges, comme cette rose rouge déposée là, dont elle est la destinataire d'un expéditeur inconnu.

 

Un gros bordel dans sa vie qui va trouver une issue déroutante et remettre en question sa situation : Vaut-il mieux fuir ou affronter ses démons ? 

 

Dans l'ensemble, le récit se tient, la narration nous transporte assez facilement dans ce monde fou, violent même. 

 

Le style assez cru par moment de certaines scènes pourrait choquer les plus puritains d'entre vous. 

 

Tout comme son personnage, ce livre décape, incise et acidifie le genre littéraire du roman noir dont l'auteur s'est fait le spécialiste. 

 

Vous pourrez vous faire une idée de la grande perversité de Jérémy qui transparaît dans les descriptions des scènes de crime et de leur "nettoyage" tant le gore et le sanguinolent coulent comme de la soude caustique au fil des pages : Vous vous liquéfiez autant que les victimes.

 

Pour les futur thanatopracteurs en devenir, lisez ce livre. Vous en apprendrez bien plus ici, certainement en complément de vos cours. Je soupçonne même la patte complice d'un maître en la matière... 

 

Bonne lecture, mes lecteurs !

 

ExtraitSandra est un animal à sang froid. Elle est méthodique, pragmatique, certains disent même sociopathe. Son visage ne traduit aucune émotion. Elle fait le job.

Elle a enfilé une combinaison étanche, un masque et des gants chirurgicaux. Elle ne laissera aucune trace ADN. Hors de questions de contaminer la scène, elle est là pour tout nettoyer, ne rien laisser.

 

Retour à l'accueil