AvisThriller : Shutdown de Aurélien GRALL (Autoédition)

Bonjour mes Lecteurs,

 

J'ai eu la chance de pouvoir lire en service presse ce roman d'anticipation, et je viens vous en faire un retour de lecture.

 

Merci à l'auteur de sa confiance, le lien par ici !

 

Shutdown, l'histoire apocalyptique d'un monde qui perd sa puissance première, l'électricité, et qui d'un coup d'un seul s’effondre sans demi mesure. La pire catastrophe qui frappe l'humanité !

 

Voilà le sujet de départ de ce livre. Un homme, Michael Donovan, astrophysicien, va être appelé par le gouvernement en vu de sauver le monde, aidé par son homologue féminin Charlotte Von Braun. Alcoolique depuis le départ inexpliqué de sa femme, il devra avant tout se sauver lui-même, son salut viendra surtout de ses propres enfants. 

 

Aurélien a voulu passer un message fort qui lui tient à cœur sur l'écologie, la consommation massive des réseaux sociaux et plus généralement d'internet, je trouve que situer l'action principale aux Etats-Unis est préjudiciable. L'impact sur les mentalités aurait pu trouver sa force si l'histoire avait eu lieu en France. Je me serais sentie davantage concernée par la catastrophe.

 

Trop peu de page à mon goût pour que le sujet soit abordé de manière efficace. Il aurait mérité meilleur traitement, surtout que c'est plus que d'actualité par les temps qui courent.

A vouloir parler à tout le monde pour toucher un maximum de personnes, il n'a pas obtenu le résultat escompté avec moi, je suis restée sur un avis très mitigé à la fin de ma lecture.

La simplicité et les basiques sont les maîtres mots d'un message fort, percutant, incisif même, qui pourrait certainement éveiller les consciences.

 

Pour le reste, le scénario est crédible et sa préface est magnifique, pleine de sincérité, un vrai cri du cœur qui m'a touché profondément. 

 

ExtraitEn quelques heures d'épreuves, Matthew avait changé. Lui qui était professionnel aguerri de la finance, continuellement connecté avec les dernières technologies, devait désormais vivre sans aucun réseau social, sans téléphone, sans SMS, sans email, rien. Dans ce parcours du combattant post-technologie,il eut curieusement le temps de gamberger plus que cela ne lui arrivât au cours des deux années précédentes. la priorité n'était plus la réputation ou les échanges futiles des amitiés virtuelles, naissant et mourant à la vitesse d'un microprocesseur. C'était juste maintenant de manger, de boire, de dormir, de se maintenir au chaud et en sécurité.

 

Retour à l'accueil