AvisThriller : Pour Que Justice Soit Faite de Jodi PICOULT (Ed. Presses de la Cité)

Bonjour mes Lecteurs, 

 

En ce mois d'aout, je vide ma PAL bien garnie et je vous propose ce retour de lecture.

 

Ce livre est magnifique, plein de compassion et de sagesse et pose la question de savoir jusqu'où, en tant que mère, mesdames, seriez-vous prêtes à aller pour l'amour de vos enfants ?

 

C'es ce qui arrive à Nina Frost lorsqu'un jour son fils Nathaniel perd l'usage de la parole. Son comportement devient vite perturbé et sa mère, substitut du procureur en charge des cas de violences sexuelles sur mineurs, doit se résoudre à l'évidence : Son fils de cinq ans a subi un viol.

 

Nina n'aura qu'une seule pensée : retrouver l'agresseur et le lui faire payer. Ce qu'elle va faire froidement, ne mesurant pas l'impact de ses actes, elle va tuer de plusieurs balles le père Glen, prêtre de sa paroisse. Nina va être arretée et va être jugée pour son crime.

 

Mais alors que le procès se prépare, elle apprends par les voix des laboratoires spécialisés dans l'ADN que l'homme qu'elle a tué n'est pas le responsable des atrocités qu'a subi son fils. Qui est le coupable ? Une véritable enquête commence.

 

Quel beau livre, l'auteur nous tient par les sentiments, le lecteur est sans cesse confronté à la morale et essaye de répondre à une question : est-ce justifié de se faire justice soi même ? Aveuglée par son amour maternel, Nina est assoiffée de vengeance et compromet son équilibre professionnel et familial.

 

Attention à vous, la trame tragique qui ponctue cette histoire est capable de vous atteindre le coeur sans que vous en remarquiez le premier coup de scalpel.  A lire sur un coup de coeur.

 

Extrait : Il y a cinq ans, j'ignorais que le blanc des yeux d'un enfant est plus clair que la neige fraiche, et que la courbe de sa nuque est la plus délicieuse de son corps. Je n'aurais jamais songé à nouer un torchon de cuisine en bandana de pirate ni à poursuivre le chien pour trouver un trésor enfoui, et je n'aurais jamais essayé, par un dimanche pluvieux, de voir combien de secondes met un marshmallow à exploser dans un micro-ondes.

Le visage que j'affiche dans le monde n'est pas celui que je réserve à Nathaniel : moi qui étais attirée par l'absolu, j'ai appris grâce à lui à observer toutes les nuances du possible.

 

 

Retour à l'accueil