AvisPolar : Qui veut la peau de Roger Boyaux ? de Luc DOYELLE ( Ed. du Venasque)

Bonjour mes Lecteurs,

 

Voici un Service Presse que j'avais très envie de lire et de vous faire découvrir.

L'auteur lui-même ne se prends pas au sérieux et affiche un humour à la hauteur de son talent. 

Merci aux Editions du Venasque d'avoir accepté ma demande. Voici le lien Amazon.

 

Ce qui est bien dans ce polar, c'est que déjà, ce n'est pas un polar à proprement parlé puisqu'il n'y a pas véritablement de morts, et donc pas d'enquête non plus.

Mais tout part d'invraisemblances, notamment le nom des personnages qui ne sont que des surnoms, des identitées voilées pour mieux les affubler de surnoms pittoresques et du caractère atypique qui sied à chacun.

 

L'auteur est donc Lucius, sa femme l'Amie et ses enfants les Mectons (un gars, une fille, les enfants hein pas l'emission TV) et les potes d'enfance dont le fameux Roger Boyaux.

 

Il va vivre une drôle d'aventure notre Lucius. Et quelle mésaventure, racontée sans nulle autre pareille dans une gouaille humoristico-patoise qui nous soutire sans peine un sourire et carrément une franche rigolade. 

Même les notes en bas de pages sont de pures fantaisies remaniées à la sauce de l'auteur. 

 

Aidé dans son périple rocambolesque par Clodo, et puis par WebCam et Eko, deux autostoppeuses prises en cours de route, où le temps et l'espace se mélange dans un Gloubi-Boulga de quiproquos invraisemblables qui rend ce road-bouquin jouissif.

 

J'ai suivie avec délectation l'expédition hasardeuse de cette bande d'amis qui m'a bien fait rire. Je me suis régalée, un coup de coeur. A votre tour de savourer ! 

 

Extrait- Tu le connais, ce petit gars ?

              -  Ouais, c'est Rico, le fils de Thierry Rey.

              -  Le judoka ?

              - Exact

              - Je ne savais pas que Rico Rey était l'ami du petit des Jeunet.

              - Tu t'es fait embaucher à Paris Match ? Ou alors tu es devenu paparazzo ?

              - Ni l'un ni l'autre.

              - Alors on s'en fout, non ?

Retour à l'accueil