AvisPolar : C'est dans la Boite de Frédéric ERNOTTE (Ed. AvantPropos)

Bonjour mes Lecteurs,

 

Nous allons suivre l'inspecteur Jeff Marnier dans son quotidien de flic à la Brigade Criminelle de Gaume, en terre Belge. 

 

Jusqu'au jour où, attiré par Internet et sa toile, voilà qu'il tombe accro à un site appelé "La Boite Noire", repère de flics en tout genre avec qui il discute surtout la nuit jusqu'à oublier ses huit heures de sommeil salvatrices.

 

Un tueur de flic sévit dans sa ville, et tue sa meilleure amie Catherine. Alors qu'il éprouve le besoin de se mettre au vert quelque temps pour digérer tout ce bordel, voilà que se présente cette réunion de membres du forum, "la ronde des boites" tombe à point nommée, c'est l'idéal pour se requinquer lors de ces vacances quelques peu forcées.

 

Un trou perdu au milieu de la Belgique dans un chalet où chacun des huit protagonistes doit venir avec sa boite à chaussure qui doit contenir cinq indices d'une affaire criminelle de leur choix afin de la faire deviner aux autres. 

Le jeu commence, avec en prime, chacune des affaires racontée par le protagoniste qui a vécu de près ou de loin l'enquête en question.

 

Mais voilà, le suspens est à son comble car le doute persiste sur les personnages présents au chalet : L'un d'entre eux est un imposteur. Oui, mais va savoir lequel ? 

 

Un huis-clos d'enfer où chaque élément se dresse comme un château de carte jusqu'au sommet du dénouement où là, boum ! tout s'écroule… 

Quelle perversité magnifique nous sublime l'auteur de sa plume quand la fin vous laisse comme deux ronds de flan car rien, mais absolument aucun indice dans l'histoire ainsi narrée ne nous permet de soupçonner une fin pareille.

 

Une intrigue finement amenée qui va vous entraîner dans son lot de surprise, vous ne pourrez pas vous empêcher de tourner les pages jusqu'à la dernière tant vous serez désireux de connaitre cette conclusion qui vous prendra de court, ou à revers, ou même à contre-pied ! 

 

Extrait : La vie bouscule parfois les itinéraires qu'on rêvait d'emprunter. Je me suis toujours imaginé une vie bercée par une routine apaisante. Barbecue en famille les dimanches où le soleil se fait clément. Des amis, une maison, un labrador qui perd ses poils partout, des vacances le long des plages de sable fin et des soirées à dévorer les épisodes des Experts… Au lieu de cela, je suis devenu l'expert de la solitude. Un fantôme sans famille et sans amis. C'est le prix à payer pour porter ma plaque. Combien de temps faudrait-il pour que quelqu'un remarque mon absence si je décidais de quitter cette morne destinée ?

 

 

Retour à l'accueil