AvisThriller : 616 - Les Chroniques de l'Inspecteur Calderon de Frédéric COUDRON ( Ed. Ex Aequo )

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vous présente " 616 - Les chroniques de l'Inspecteur Calderon" ecrit par Frédéric COUDRON et publié aux éditions Ex Aequo.

 

Le commissaire Calderon vient d'être muté dans la mythique brigade du "36" située dans la Capitale. 

Dans ses bagages lillois, il entraîne femme et enfant, ainsi que son copain d'enfance, surnommé Milou, avec qui il va faire équipe dans une toute nouvelle affaire.

 

Des meurtres étranges avec des signes sataniques sur les cadavres, des enlèvements de jeunes filles inexpliqués, un milieu cabalistique plus qu'énigmatique, voilà qui va occuper l'équipe du commissaire et qui va les amener dans des situations à hauts risques.

 

Le suspect au début nous est présenté par sa déclaration d'audition, le lecteur peut constater alors que le présumé coupable est capable de bien des horreurs dans sa folie.

 

Sérial killer ? Sataniste ? Fou à lier ? C'est ce que va tenter d'élucider Alessandro Calderon et sa quête de vérité ne sera pas de tout repos.

Lui-même sera à plusieurs reprise menacé de mort, ses vieux démons sont là prêts à refaire surface, un clopeur accro à sa nicotine comme un bébé à sa tétine, le personnage principal a tout de l'antihéros et malgré tout il s'en trouve attachant d'une certaine manière.

 

Sur fond musical de Baschung et de Gainsbourg entre autre, ce thriller se lit très facilement et nous transporte dans des croyances où le bien et le mal se livrent encore et toujours cette lutte acharnée.

 

Extrait : J'avais du mal à y croire. J'imaginais cela réservé à la littérature policière ou au cinéma. Pourtant, l'actualité commençait à se remplir de ce type de meurtres horribles, il fallait s'y résoudre.

Je pensait à cet adolescent que j'avais vu dans un journal télévisé. Les cheveux et les yeux noirs corbeau, maquillé comme le chanteur de Cure, le ton calme et assuré, il expliquait comment il avait mis le feu à sa petite amie, en offrande au diable. 

L'échec des hommes politiques, la crise financière, le recul des religions y étaient probablement pour beaucoup. 

 

Retour à l'accueil