AvisRomanNoir : Angel Baby (Terres d'Amérique) de Richard LANGE (Ed. Albin Michel )

Bonjour mes Lecteurs,

 

Qu'est ce que Angel Baby ? C'est un tatouage à la signification très personnelle qui orne la nuque de Luz, belle mexicaine d'une trentaine d'années vivant avec le beau, riche et respecté Rolando, surnommé "El Principe", narcotrafiquant de son état.

 

A priori, à Tijuana, elle a tout pour être heureuse, à ceci près que c'est une femme battue, droguée par son mari pour rester tranquille et qui un jour, va tout faire pour se barrer de chez elle et retrouver sa petite fille Isabel âgée de quatre ans qu'elle a laissé chez sa tante à Los Angeles, en Amérique.

 

Quitte à passer la frontière en douce, aidée de Malone, son passeur. Un gars pas si simple qui se plonge dans les délices de l'alcool pour oublier la mort de sa fille. Détruit par la vie, détruit par l'alcool, il va finalement faire preuve de compassion et aider sa passagère du jour, comme il aide les clandestins.

 

El Principe, qui ne tolère pas d'avoir été dupé ainsi par sa propre femme, et qui au passage n'a pas aimé non plus se retrouver avec les deux cadavres de sa gouvernante Maria et de son garde du corps El Toro, va engager Jeronimo, alias L'Apache un Mexicain à la dent dure, pour retrouver Luz et la ramener au Mexique.

Le Mexicain n'a pas d'autre choix que d'accepter pour sauver sa famille des griffes de El Principe.

 

Au passage, Thacker, un policier américain ripou affecté à la frontière et sans complaisance avec les voleurs et les clandestins qui traversent, va se retrouver mêlé à l'histoire au point de se voir obligé de faire équipe avec l'Apache pour récupérer un peu d'argent au passage afin de combler ses dettes de jeu. 

 

Voilà que s'engage un road book entre le Mexique et les Etats-Unis, où tout le monde fuit mais pas pour les mêmes raisons, où les destins se veulent chaotiques et miséreux, où la souffrance des personnages est perçue comme inévitable. 

 

Une seule et même notion revient dans ce livre : la famille. Elle est notre force comme notre faiblesse. C'est grâce à elle si les personnages avancent, s'ils tiennent et s'ils franchissent les dures épreuves de la vie, mais aussi à cause d'elle s'ils trahissent et plongent dans les profondeurs du mal pour sauver ce qui peuvent les rendre heureux.

 

Une traque haletante, imprévisible, violente, sanglante. Nul doute que Scorcèse en aurait fait un excellent film ! 

 

Extrait : Ils coupent par le centre-ville et chaque coin de rue recèle un souvenir horrible pour Jeronimo. Ici il a tranché l'oreille d'un homme, là un autre est tombé à genoux et lui a proposé sa gamine de douze ans en remboursement d'une dette.

Jeronimo était un homme perdu avant d'arriver ici, mais cette ville l'a rendu encore plus mauvais. Il y règne une cruauté qu'il n'a rencontré nulle part ailleurs, comme si tout ce clinquant juste de l'autre côté de la frontière avait rendu ce monde fou.

 

 

 

Retour à l'accueil