AvisPolar : Elle(s) de Bruno COLIN ( Ed. Librinova )

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vous présente "Elle(s)" écrit par Bruno COLIN et édité chez Librinova.

 

Devenu aveugle suite à une interpel' qui s'est mal terminée, et ayant perdu sa femme dans un incendie le même jour, l'ex-inspecteur Sébastien Jouland a été mis en "congé illimité" par sa hiérarchie le temps de digérer sa nouvelle condition.

 

Pour les besoins de sa vie quotidienne en extérieur, il s'est donc accommodé d'une canne pour aveugle, choisie avec soin et dotée du doux surnom qui lui va à ravir : ELLE.

 

Parce que ELLE, ce n'est pas n'importe quelle canne, non mesdames messieurs, cette canne là ressent les émotions, ELLE sait s'adapter à celui qui la manipule, et ELLE accorde à Jouland une confiance… aveugle.

 

D'autres personnages vont également intervenir dans l'histoire, avec Réa et Anaïs fillettes de 11 et 9 ans, Ange la prostituée, Sarah la fille de Sébastien, Athman et son pote Eugène, dit "Gèni", Palesh avec sa communauté de roms et plein d'autres. 

Une myriade de gens qui vont vous attendrir, vous émouvoir comme vous affermir. Aucun d'eux ne vous laissera indifférent.

 

Vous allez découvrir leurs histoires, leurs tourments et le rôle que chacun doit jouer.

Qu'ont-ils tous en commun ? Vous verrez... l'auteur tisse la toile de l'intrigue autour de ce flou, nous laissant dubitatif quand à la réelle portée de son polar.

 

Est-ce vraiment un roman policier ? Oui, mais pas que ! 

 

Belle surprise dans la deuxième partie du livre lorsqu'arrive Gabriel, et là le roman prend une tournure différente, attrayante.

 

Je ne veux et ne peux pas en dire plus au risque de spoiler mais sachez ceci : Le changement de direction de la trame amène l'intrigue dans une dimension originale et confère à la lecture une nouvelle richesse.

 

L'écriture est belle et prometteuse, un avenir potentiel attend son auteur s'il continue ainsi.

 

 

Extrait : L'agence de voyages des pèlerins sans destinations. Je ne vois plus leurs yeux, mais leurs âmes noircies flottent dans les relents de pisse et de bière. Je le sais, je leur ai souvent tenu compagnie.

ELLE m'y a guidé. Aujourd'hui les conversations sont fortes et enfumées, les voix gutturales et graves. Je sens une émotion lourde. Malgré moi, je m'y immisce. 

C'est simple car si l'aveugle ne voit pas, on ne voit pas l'aveugle non plus. C'est comme cela.

Retour à l'accueil