AvisLitteraire : Comme le premier mouvement de l'hiver de Virginie VAUTHIER ( Autoédition )

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vous présente "Comme le premier mouvement de l'hiver" écrit et autoédité par Virginie VAUTHIER.

Merci à elle et à Simplement pro pour l'envoie de cet ebook promotionnel.

( Lien Amazon )

 

Elise Nogard, jeune trentenaire normande qui vient de passer d'un séjour en famille prend le train retour pour Paris.

 

Elle va croiser Raphaëlle, jeune femme enceinte, normande, mais surtout excentrique, provocatrice et entreprenante.

 

Une amitié entre les deux femmes va naître, Elise qui d'habitude est si rangée, rêveuse et réservée, va se transformer au contact de sa nouvelle amie.

 

Ce qui ne manquera pas d'inquiéter Brice, son pote gay de la fac avec qui elle était colocataire à l'époque et avec lequel elle a gardé une sincère amitié.

 

Même son copain Arnaud n'a au premier abord pas très envie de connaître davantage cette étrangère énigmatique. Mais sous l'impulsion de sa copine Elise, il va finir par capituler.

 

Pourtant Raphaëlle va parfois avoir des comportements étranges, des réactions démesurées et dès l'instant suivant redevenir une jeune femme tout sourire. Ce qui va de plus en plus questionner Elise. 

 

Elise va tout faire pour que la jeune femme s'intègre dans son quotidien et dans son entourage, jusqu'au point de non retour...

 

Comme vous pouvez vous en douter au vu de mon résumé de l'histoire, je n'ai pas apprécié plus que ça ma lecture de ce roman. J'éprouve même une certaine déception.

 

Déjà, l'auteure nous présente son œuvre comme un thriller. Or, en l'absence d'éléments insufflant une tension dramatique et du manque de développement psychologique  des autres personnages, l'histoire apparaît trop simple et dénuée d'intérêt dans le genre et ne se résume plus qu'à une simple romance type Harlequin.

 

Seul le point de vue de l'héroïne, Elise, est présenté. Certes, c'est le choix de l'auteure de vouloir faire ainsi mais ce qui est préjudiciable au roman c'est qu'il manque l'avis prépondérant de la machiavélique Raphaëlle, qui aurait donner plus de peps au récit.

 

Mettre en parallèle la victime et la manipulatrice aurait pu intéresser vivement le lecteur et le positionner dans une dramaturgie du thriller tellement souhaitée par l'auteure.

 

Ne connaissant pas les intentions réelles de Raphaëlle à l'égard d'Elise, seulement à la toute fin une fois que c'est fait, nous ne savons pas exactement ce qu'il se trame en douce au cours du récit, même l'héroïne apparaît naïve dans sa vision des choses, vu qu'il n'y a qu'à travers elle qu'on connaît l'histoire.

 

L'auteure présente Elise comme une femme qui a toujours le choix sur ces décisions importantes dans sa vie (voir l'extrait ci-dessous), et la fin telle que la veut Elise est totalement incompréhensible et incompatible en rapport avec ces choix de vie jusqu'alors assumés entièrement.

 

N'ayant pas montré à travers Raphaëlle cette emprise réelle qui pourrait l'étouffer, l'angoisse que le lecteur devrait ressentir ne se manifeste pas à la lecture.

L'acte final n'est donc pas à ce point justifiable.

 

Pour moi, l'essai n'est pas concluant en tant que thriller.

L'histoire est incomplète pour que celui-ci soit traité comme tel et si on résume, il est présenté comme un roman dramatique sur fond de manipulation et de trahison amicale.

Ainsi renommé, ce livre se lit vite et bien, le lecteur adepte de ce genre peut s'attendre à passer un bon moment de lecture.

 

Le livre se lit quand même facilement et amène à savoir comment tout ceci se termine pour Elise et pour Raphaëlle, même si on devine aisément au fil de la lecture qu'il se trame quelque chose de pas net.

 

L'histoire de base peut servir de fond au thriller psychologique à la condition sine qua non que la trame soit retravailler en profondeur. 

Le récit tel qu'il est présenté dans sa forme actuelle est incomplet à mon sens et mérite un meilleur traitement.

 

 

Extrait : Elise trouvait qu'il y avait du progrès avec Raphaëlle. Elle commençait tout doucement à se livrer. Elles avaient évoquer des souvenirs, c'était un premier pas vers elle.

Raphaëlle et Elise discutèrent jusqu'à 23 heures, et puis la fatigue se fit sentir. les deux jeunes femmes se quittèrent et entrèrent dans leur chambre. Elise se promis de parler à Arnaud dès le lendemain. Il fallait absolument qu'elle lui explique la situation.

Elle lui avait imposé une personne qu'elle ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam, pour une durée indéterminée. Mais elle ne regrettait pas de l'avoir fait.

 

Retour à l'accueil