AvisThriller : Le Cri de Nicolas BEUGLET (Ed. XO)

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vais vous parler du thriller "Le Cri" écrit par Nicolas BEUGLET en 2018 et paru aux éditions XO.

 

L'histoire démarre à Oslo, lorsque l'inspectrice Sarah Geringën est appelée pour se rendre au réputé hôpital psychiatrique de Gaustad où un suicide a eu lieu. 

 

Le suicide en lui même est plus qu'étrange et l'inconnu, qui n'a que le chiffre "488" tatoué sur le front comme unique identité, est le plus ancien patient de l'hôpital. 

 

A partir de là commence l'enquête qui va la ramener en France et sur l'île de l'Ascension avec un ancien reporter de guerre Clarence Christopher. Ils vont découvrir à eux deux les multiples secrets enfouis par la CIA, jusqu'à menacer l'équilibre précaire de leurs vies déjà tant cabossées.

 

L'intrigue en elle-même est passionnante, certes, et ça démarre formidablement bien dans le huis-clos de cet hôpital psychiatrique où même le directeur cache sa vraie nature et ses secrets partent avec lui dans la tombe lors de l'incendie du bâtiment.

 

Mais une fois dépassé les grilles, j'ai souvent été déconnecté car je lui ai trouvé une surenchère d'action qui n'était pas forcément nécessaire au bon déroulement du récit. Quelques longueurs également sur le personnage de Christopher et les surprenantes révélations concernant sa famille.

 

Je ne doute pas une seule seconde que ce livre pourrait être adapté au cinéma tellement les scènes d'action mêlées aux courses poursuites seraient un succès auprès du grand public fan de ce genre de film mais pour un livre, je trouve qu'il y avait d'autres moyens tout aussi efficaces de nous en mettre plein la vue.

 

La conclusion finale n'est pas assez mise en valeur et est en deçà de ce qu'elle aurait du provoquer chez le lecteur : une révélation.

Car vu que l'auteur s'est inspiré de faits réels sur les travaux de recherches concernant le projet MK Ultra, cela en aurait très certainement scotché plus d'un.

 

Ceci n'est bien évidemment que mon avis personnel, ce qui ne remplace en rien votre propre avis qui restera à vos yeux le meilleur de tous.

Mon avis est partagé et j'en ressort mitigée si on pose un regard sur l'ensemble du roman.

 

Extrait : Il n'allait pas se mentir, il aimait ces moments où toute l'attention de l'auditoire était concentrée sur lui, se délectant par avance de l'effet de ses prochaines paroles. Beaucoup jugeaient cette attitude comme de la méprisable vanité, mais ils se trompaient.

Même s'il n'avait jamais dédaigné les regards admiratifs d'étudiantes séduites par ses paroles et son allure d'intellectuel décontracté, ce n'était pas le plaisir d'être contemplé qui le grisait. Non, c'était la jubilation d'éveiller des esprits par un discours ciselé à la pause près.

Là était son bonheur : dans la transmission de la connaissance et sa mise en scène toujours étudiée, parfois improvisée.

 

Retour à l'accueil