AvisPolar : Sois belle et t'es toi ! de Jérémy BOUQUIN (Editions Lajouanie)

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vous présente "Sois belle et t'es toi !" écrit par Jérémy BOUQUIN et paru aux éditions Lajouanie.

 

Véritable coup de coeur pour cet auteur qui a l'art et la manière de choisir ses mots.

 

Comme disait Coluche "C'est l'histoire d'un mec"... ou plutôt celui d'une femme suivant le point de vue d'où on se place, ex-flic devenu enquêteur pour les assurances qui se fait appeler Sam.

 

Définition de Sam : Diminutif de transition entre Samuel et Samantha, prénom d'un homme qui veut devenir celle qu'il a toujours été intérieurement et qui veut s'affirmer comme femme à part entière et jusqu'au bout des seins extérieurement.

 

Accroc aux médocs, à la beuh et à ses cachetons d'hormones, le changement ne se fait pas sans mal. Mal être profond, mal être physique, mal être social.

 

Et son boss Edouard va lui trouver une drôle d'enquête, un soupçon d'arnaque à l'assurance, au fin fond de la Corrèze, dans un petit resto routier aux allures de Bagdad Café, qui va déceler des secrets bien enfouis, là où personne n'était venu fouiller... Jusqu'à maintenant !

 

Une enquête qui va remuer le passé de nos protagonistes, mais qui va surtout laisser des traces. Personne n'en sortira indemne.

 

Sam va côtoyer Karl, le taulier des lieux un poil bourru, Doriane, la serveuse quinqua épanouie et Jean-Claude, le client croqueur de portraits de nus. Ils vont tour à tour le bouleverser bien plus qu'ils n'auraient dû. 

 

On arrive à s'attacher facilement au personnage de Sam, l'auteur le connait par coeur et nous en montre toutes les facettes, qu'elles soient juste bonnes ou mauvaises; la souffrance  réelle  du protagoniste renforce ce sentiment d'empathie totale.

 

Qu'est-ce que j'ai aimé cette écriture incisive, brute, sans fioriture et qui taille dans le lard. Quelle belle surprise !

Jetez-vous sur ce livre sans aucun a priori et laissez-vous transporter tout simplement. Une merveille. 

 

 

Extrait: Le diminutif est venu tout de suite. Comme une ambiguïté. On m'a toujours appelé Sam.

On ne choisi pas son prénom. Il est comme le reste, donné à la naissance. Comme la marque de fabrique des parents. Un bébé unique, un seul enfant c'est un projet, celui d'un couple. Une volonté de construire quelque chose ensemble. A l'arrivée un combat contre eux-mêmes. Puis le symbole de l'échec à l'adolescence. Pour finir homme, libre.

Etonnant. Résultat : Je ne veux pas d'enfant. Pas de futur.

Je suis un bébé raté. Un projet de couple foiré. Un entre-deux.

 

 

 

Retour à l'accueil