AvisThriller : En douce de Marin LEDUN ( Ed. Flammarion, Collection Ombres Noires )

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vais vous parler de "En douce" de Marin Ledun paru en août 2016 aux Editions Flammarion, dans la collection Ombres Noires.

L'auteur a écris pas moins d'une douzaine d'ouvrages et a reçu de nombreuses distinctions.

 

J'ai avalé ce livre, je l'ai lu avec tant de facilité, j'ai aimé me plonger dans les délires paranoïaques de notre héroïne.

 

Simon et Emilie, un soir d'été, une rencontre banale, commune, qui en un instant bascule et vire au cauchemar. Une prise d'otage s'engage, Emilie s'interroge autant que Simon mais ont une seule et même question : Pourquoi moi ?

 

Durant ces quelques jours, Emilie va rejeter toute sa colère, sa peur et son incompréhension de sa situation, des raisons de son geste et va prendre Simon comme bouc émissaire. Cet homme qu'elle a croisé un soir quatre ans plutôt et qui va faire de lui le coupable idéal à ses yeux.

Parce que c'est forcément sa faute, parce que c'est à cause de lui tout ce mal-être.

Parce que c'est son délire psychique qui rythme sa vie.

Parce qu'elle a décidé que ce serait lui qui porterait toute sa souffrance à elle sur ses épaules à lui.

 

Ce retour dans le passé à se souvenir du temps où elle était heureuse, sa rencontre avec Simon qui va la bouleverser et la marquer de bien des manières.

Au fil des pages, malgré sa vie foireuse qu'elle évoque, Emilie vaincra finalement ses démons intérieurs et trouvera la paix à laquelle elle aspirait tant.

 

Ce handicap qu'elle rejette massivement, son regard des autres qu'elle a du mal à accepter, Emilie trouvera la réponse et le soulagement par le cheminement de ses actes et de ses pensées. Ces pensées que je vous invite volontiers à découvrir en lisant ce roman.

 

 

Extrait : Emilie le connaissait par coeur. Sa mère l'avait punaisé au-dessus de son lit, après le décès de son père, comme un mantra destiné à la faire tenir le plus longtemps possible - deux mois, pas un jour de plus. Il disait : " Si la vie te semble trop absurde, Si tu es déçu par trop de choses et trop de gens, Ne cherche pas à comprendre pour quoi, Recommence. "

Emilie bloquait sur le " Ne cherche pas à comprendre. " Il lui semblait que c'était ce qu'on lui avait imposé toute sa vie : passer à autre chose, subir, encaisser, prendre sur soi, serrer les poings et les dents, recommencer, recommencer encore, sans jamais chercher à analyser les bonnes questions. Surtout pas.

Pourtant, ce qu'elle souhaitait par-dessus tout tenait précisément en ce mot de dix lettres : comprendre. Embrasser le monde par la pensée. Saisir le sens de la vie.

Merde, c'était du chinois pour elle

 

 

 

Retour à l'accueil