AvisThriller : Code Salamandre de Samuel DELAGE ( Ed. Belfond )

Bonjour mes Lecteurs,

 

Je vais vous parler de "Code Salamandre" écrit par Samuel DELAGE en 2011 paru aux éditions Belfond.

L'influence de Steve Berry, comme Dan Brown se reflète largement dans les écrits de l'auteur. Ce livre a d'ailleurs reçu plusieurs prix. Prix Plume Libre 2012 - Plume d'Or du Thriller Francophone. 

 

J'ai eu tout le long de ma lecture cette sensation d'un Da Vinci Code à la française. Etant une fan de cet auteur, j'ai eu grand plaisir à lire ce thriller historique, surtout cette période Renaissance avec Leonardo Da Vinci.

 

Le professeur Yvan Sauvage part décoder une énigme vieille comme le monde embarquant avec lui une étudiante en art prénommée Marion.

Ensemble, ils vont dévoiler les secrets de la salamandre, révéler un jeu de piste jalonné d'énigmes datant de l'époque de François Ier autour du château de Chambord.

 

Les mystères du chiffre 8, des lettres S et F, des calculs parfois savants sur les symétries ( carré de Polybe, triangle magique, suite de Fibonacci ) vont parfois me perdre dans un niveau de codage trop élaboré pour moi.

Fort heureusement, cela n'entame en rien le contenu de l'histoire qui se laisse transporter dans son intrigue de ramification historique et, de surcroit, véridique.

 

Entre la quête d'un trésor et l'enquête d'une série de crimes, le lecteur ne profite pas de temps de pause, un suspens haletant qui s'enchaîne et qui percute à tout va, terminant sur un sprint final aussi surprenant qu'inattendu.

 

Suivez cette enquête passionnée au coeur de l'Histoire française et décryptez les secrets royaux qui vous pousseront à voir sous un jour nouveau ce trésor national, le château de Chambord. 

 

 

Extrait : On avait élargi la zone d'inspection jusqu'à repérer un vieux bidon qui servait de poubelle aux ouvriers. Par de savants recoupements, on en avait déduit que ce bidon s'était trouvé sur le chemin de l'individu en train de transporter l'un des cadavres. Les empreintes relevées à cet endroit indiquaient qu'il avait changé de chaussures avant d'enfouir le corps. Pour quel motif ? Mystère.

On avait bien sûr interrogé les ouvriers du chantier et les chefs d'équipe. Trois d'entre eux étaient en situation irrégulière, un autre avait commis des délits mineurs quelques années auparavant, mais rien qui soit en rapport avec cette affaire. 

Morel se méfiait du flair et de l'intuition dans son métier. Il croyait à l'objectivité des faits et à l'inertie des choses. Ces dernières fourmillaient de détails qui surgissaient et prenaient sens au fur et à mesure du travail d'enquête. 

Encore fallait-il y prêter attention. 

 

Retour à l'accueil