AvisPolar : Le cercle de Dante de Matthew PEARL ( Ed. Robert Laffont )

Depuis le temps que je possédais ce livre dans ma PAL, je ne l'avais jamais sorti encore, ne trouvant pas l'envie de le lire, surtout que ça concernait "La Divine Comédie" de Dante Alighieri. Et c'est ma précédente lecture traitant du même sujet ( Inferno, de Dan Brown ) qui m'a décidé à le lire ( enfin ! )

L'auteur m'est inconnu et pourtant c'est l'inverse outre-Atlantique, il est même qualifié de "petit génie" après avoir été doublement diplômé des prestigieuses universités de Yale et de Harvard à seulement 28 ans. Ses travaux de recherche sur le poète florentin ont été couronné par la Dante Society of America, son premier roman a été salué par la critique et est resté de long mois à la tête du classement des best-sellers aux Etats-Unis.

L'histoire se passe à Boston, 1865. Un sérial killer inflige à ses victimes des supplices inspirés de "L'enfer" de Dante. La police est incapable de décrypter les crimes qui terrorisent la ville. Quatre poètes ont fait le serment de traduire "La Divine Comédie" et pour sauver leur ville, les érudits se transforment en détectives. Insolites mais perspicaces, ils nous conduisent des coulisses feutrées de Harvard aux bas-fonds sordides du port de Boston.

Le livre m'a passionnée. Leur enquête est à la fois littéraire et criminelle, romantique et sanglante. L'auteur ne cherche pas à brouiller les pistes et reconnaît dès les premières pages produire un canular.

Nous voilà donc plongé dans une "Fiction-réaliste". Au delà de l'intrigue policière et du cheminement à travers les cercles de l'Enfer, Matthew Pearl conduit avec subtilité le lecteur à constater que les fantasmagories de Dante sont plus réalistes qu'il n'y paraît.

Un assassin dément, des crimes atroces, une enquête policière, tous les ingrédients du thriller sont réunis dans une histoire aux allures hollywoodiennes. Dans un style à l'élégante sobriété, l'auteur utilise sa profonde connaissance de Dante pour servir la fiction et plus que l'univers du Florentin, c'est dans celui du poète américain Longfellow que nous sommes invités, entourés de personnages aussi pittoresques qu'attachants.

Malgré quelques longueurs sur les débuts, cela reste un très bon roman policier original et inspirant. j'ai aimé en apprendre plus sur l'œuvre de Dante mais cela m'a suffit amplement.

Je vous le recommande fortement.

 

Extrait : - L'enfer de Dante appartient autant à notre monde qu'aux abysses, avait répondu Lowell. On ne devrait pas s'y dérober, mais au contraire l'affronter car, dans cette vie, nous nous faisons bien souvent l'écho des profondeurs de l'Enfer.

L'œuvre de Dante avait un effet dévastateur sur les protestants, que les convictions religieuses du poète portaient à la chicane. Les lecteurs moins sensibles à la théologie voyaient dans la foi de Dante une perfection et une assurance exprimées avec une telle poésie qu'ils en venaient à tout accepter en bloc. Et c'était cela qui nourrissait les craintes de Holmes : la possibilité que le cercle des Amis de Dante n'ouvrît la porte à un nouvel Enfer, un Enfer auquel le génie littéraire donnait toute sa puissance.

Retour à l'accueil